Interview Alpes 1 – 30 juin 2017

J’étais interviewée par Cyrielle Michard et Alex Cam pour la dernière de la saison : par ici

Ni abattue, ni fataliste : après la défaite du PS aux présidentielles et sa défaite lors des législatives sur la 1ère circonscription des Hautes-Alpes, l’ancienne députée Karine Berger se livre sur les dernières semaines politiques qui viennent de s’écouler. « Lors des législatives, les électeurs répondent à une question : donner une majorité présidentielle ou non », explique t-elle. La vague Macron aura donc normalement raflé les suffrages. Mais pour l’ancienne parlementaire, le bipartisme gauche-droite n’est pas mort, « c’est le tous dehors qui a gagné. Par opportunisme d’un grand rejet, on peut aujourd’hui lancer des aventures personnelles ». Quant à Emmanuel Macron, sa politique « lance des options de droite, et ne permettront pas à la France de gagner ».

Le PS, quel avenir ? « Une carte d’identité à réécrire, j’y serai, explique Karine Berger. Il faudra quelqu’un à la tête issu des mouvements sociaux de la société, cela a été une erreur de s’accrocher à une figure de gouvernement, un parti doit refléter des valeurs ». Le Parti Socialiste dans les Hautes-Alpes devra aussi se reconstruire, « je ne suis pas inquiète et je n’exclue pas de porter la fédération ».