Tribune « Gap en Mag » – PLU de Gap – 6 mars 2017

Le groupe Gap @venir publie chaque trimestre une tribune à l’occasion de la diffusion du magazine Gap en Mag. Voici la tribune publiée pour le mois d’avril 2017

Après plus de 8 années de secret, le maire a enfin présenté au conseil municipal son Plan local d’urbanisme (PLU) qui dictera le visage urbain de Gap pour les 15 prochaines années. Ce document n’est pas seulement un document administratif. En élaborant son PLU, c’est-à-dire en déterminant quelles zones seront constructibles ou pas, une municipalité décide du développement de sa ville et peut la défigurer en autorisant une zone d’activité par ici, une nouvelle zone commerciale par-là, des centaines de logements supplémentaires dans un quartier…

Les lois en vigueur incitent les élus à réduire la consommation d’espace par les nouvelles constructions et donc à favoriser une certaine densification de leurs espaces battis. Au lieu de se baser sur les capacités de la ville d’accueillir de nouveaux arrivants en terme de circulation notamment et d’espace disponible pour déterminer le nombre de logements qui serait nécessaire de construire, le maire de Gap a décidé – sans argument solide – que la ville allait accueillir plus de 10000 nouveaux habitants et donc qu’il faudrait construire 6000 nouveaux logements en 15 ans. Les services de l’Etat ont déjà recalé une première fois cette logique mais le maire s’entête à suivre ce raisonnement.

Ce n’est pas seulement une querelle de chiffre entre services administratifs car le nombre de logements nouveaux autorisés aura une répercussion directe sur votre vie, sur votre qualité de vie. Tous les quartiers de la ville de Gap vont être impactés. Certains plus que d’autres. Par exemple, pour ne citer que ceux qui seront les plus modifiés, les habitants de Romette (bourg), des quartiers du Chapelet, du Plan de Gap, de Tournefave, de la Ferme de l’hôpital… vont voir fleurir plus de 250 nouveaux logements chacun directement au pied de vos fenêtres. Vous pouvez vérifier par vous-même nos propos en allant consulter dès aujourd’hui le projet de PLU sur le site internet de la ville.

Le projet de PLU tel qu’il est actuellement comporte aussi d’autres risques : une spéculation foncière attisée pour certains et une dépréciation de leur bien pour d’autres. Avec 6000 nouveaux logements neufs, qu’adviendra t-il des logements anciens en terme de capacité à louer et de prix de vente ? En obligeant les propriétaires de terrain qui souhaiteraient vendre à ne pouvoir le faire que dans le cadre d’une opération immobilière d’ensemble qui du fait de sa complexité rendra obligatoire le recours à un promoteur immobilier, le rapport de force ne sera-t-il pas en faveur du promoteur ?

Lors du conseil municipal du 27 janvier dernier, notre groupe s’est élevé contre l’expansionnisme bétonnier du maire et nous continuerons à dénoncer cette erreur.

Chaque Gapençais, chacun de vous, doit s’emparer de ce projet de PLU en allant faire toute remarque utile, en disant son opposition lors de l’enquête publique organisée en mai/juin prochain. Ce n’est que par la mobilisation de chacun que l’on pourra faire reculer le maire de Gap et permettre à notre belle ville de Gap de conserver sa qualité de vie actuelle.

Karine Berger, Pierre-Yves Lombard, Elsa Ferrero, Mickaël Guittard, Marie-Jo Allemand, François-Olivier Chartier