Tribune « Gap en Mag » – Projet de plan d’eau – décembre 2016

Le groupe Gap @venir publie chaque trimestre une tribune à l’occasion de la diffusion du magazine Gap en Mag. Voici la tribune publiée pour le mois de décembre 2016

Lors du dernier conseil municipal, le maire a présenté son projet de plan d’eau situé en lieu et place de l’aire de grand passage des gens du voyage. De nombreuses questions se posent sur la réalisation de ce projet:

Sur le choix de la zone

Bien que située au sud de Gap, cette zone est peu ensoleillée

la zone de baignade sera exactement sur la zone polluée où jadis étaient entreposés de nombreux déchets! lesquels? à quelle profondeur sont-ils enfouis? seront ils transférés? où? Quelle garantie d’étanchéité du bassin de baignade?

Où va-t-on reconstituer la zone humide détruite par le projet sachant que la loi impose de retrouver une surface 1.5 fois supérieure?

La zone s’étend sur 8ha dont 5 destinés au projet. Quid des 30 000m² restants? Il est indiqué «que le projet attend des idées originales pour accentuer l’originalité du site»?. lesquelles? privé? publique ? quelle articulation avec le Plan d’eau? que d’incertitudes!

Et où va-t-on installer la nouvelle aire de passage?

Quel quartier sera choisi? selon quelles modalités, quelle concertation? sachant que c’est un sujet toujours sensible! mais, s’agissant d’une compétence obligatoire, le maire de Gap compte peut être sur la communauté d’agglomération pour mettre cette aire sur une commune partenaire…

Sur l’approvisionnement en eau

Où prendre l’eau? La municipalité indique que le plan d’eau nécessite un renouvellement en eau de 2 à 3% mais ce volume sera bien plus important lors des pics de fréquentation.

pour ce projet, il est proposé 3 pistes d’approvisionnement:

  1. Nappe du Rousine? ce ruisseau a un très faible débit en période estivale. Quid des débits réservés.
  2. Nappe de Lachaup ? peu envisageable selon le rapport. Les deux nappes étant de toute façon alimentées par l’eau du canal de Gap.
  3. Rigole gravitaire de Charance ? alimentée par le canal de Gap très souvent à sec en milieu d’été.

De plus les relations orageuses entre la ville de Gap et le Canal de Gap laissent penser que les négociations seront animées.

Va-t-on ressortir le vieux projet du canal de GAP de la mise en aspersion du secteur de la Tourronde pour amener l’eau jusqu’au plan d’eau?

Sur le projet lui-même

La fréquentation attendue est d’environ 1800 à 2000 personnes. Le projet prévoit un parking de 250 places. Soit mille personnes si toutes les voitures sont pleines. Quid des autres? Réponse du maire: les modes de déplacements doux seront privilégiés. Mais à ce jour aucun transport en commun ne fonctionne le dimanche et la partielle réalisation de piste cyclable n’effacera pas la montée des lacets de la Tourronde.

Que va-t-il advenir du stade nautique quand il aura perdu nombre de ses usagers? La ville de Gap a-t-elle besoin d’un plan d’eau à 4.5 millions d’euros? alors même que de nombreuses installations (stade nautique, gymnases) auraient besoin de travaux ?

Enfin le maire nous a soumis au vote une délibération intitulée «conception-réalisation» sans même avoir réalisé les études et enquêtes préalables assurant la faisabilité du projet

En l’absence de réponses satisfaisantes à nos questions, nous nous sommes abstenus.

Groupe Gap@venir ;

Marie-Jo Allemand ; Karine Berger ; François-Olivier Chartier, Elsa Ferrero , Mickaël Guittard , Pierre-Yves Lombard