Communiqué – Dossier loup – 27 avril 2016

Jean-Marie Bernard, Président du Conseil Départemental des Hautes-Alpes m’interroge ce jour par voie de presse sur la question de la gestion du loup dans notre département. Ignorant vraisemblablement ma position à ce sujet, je lui rappelle que depuis le début de mon mandat la question du loup a toujours fait partie de mes priorités.

J’ai récemment interpellé Ségolène Royal  Ministre de l’Ecologie sur la question de l’augmentation du quota de 36 loups pour que nos agriculteurs puissent défendre leurs troupeaux en cas d’attaques d’ici le 30 juin.

Lors du dernier Comité Loup réunit à La Préfecture des Hautes-Alpes, les participants ont reconnu les avancées importantes réalisées au cours de l’année 2015 et notamment les mesures prises d’autoriser l’abattage de loups lors de battues au grand gibier. Pour notre département c’est à ce jour,environ 1500 chasseurs formés et impliqués dans la gestion du plan loup. De plus, la quasi totalité du département a été classé, début 2016, en cercle 1 ( mesures de protections renforcées).

La gestion du dossier du loup doit se faire en bonne intelligence et en dehors de tout clivage partisan ou de toute tentative d’instrumentalisation politique dans l’intérêt des éleveurs et de notre agriculture de montagne.  Il est regrettable pour la bonne marche de ces dossiers que Jean-Marie Bernard ne suive pas une démarche de consultation constructive pour que tous ensemble nous fassions avancer ces questions-là.