Urgence sociale et République contre FN – les propositions de La Fabrique

A la suite des élections régionales, le courant La Fabrique propose de remettre à plat le fonctionnement de la gauche. Retrouvez ci-dessous nos propositions :

Interview à LCP : les mesures détaillées

Face à la montée du FN, les députées socialistes Karine Berger et Valérie Rabault défendent trois mesures fiscales concrètes en direction des classes moyennes. 

Elles étaient les animatrices de « La fabrique », la petite motion qui monte lors du dernier congrès du PS. Après avoir réuni environ 10% des suffrages des militants socialistes au mois de mai, les députées Karine Berger et Valérie Rabault tentent de faire entendre leur petite musique au sein du parti : ni frondeuses, ni godillots. Face à la montée du FN et de l’abstention, elles ont présenté ce matin à l’Assemblée nationale un plan d’action pour l’urgence sociale. « L’urgence sociale, cela veut dire que l’on veut regarder le reste-à-vivre des gens, une fois qu’ils ont payé leur taxe d’habitation, leur redevance télévisuelle, leur impôt sur le revenu… toutes les taxes qu’ils peuvent avoir à payer  », explique Valérie Rabault. « On veut que ce concept de reste-à-vivre dans le porte-monnaie des gens soit porté. »

Pour éviter que la hausse de certaines taxes ne frappe de plein fouet des ménages modestes, les deux députées proposent deux mesures simples. La première consisterait à empêcher certaines taxes d’augmenter plus vite que le SMIC, en particulier la taxe d’habitation, avec à la clé un manque à gagner d’environ 80 millions d’euros pour les finances des collectivités locales. Un déficit que l’Etat devrait alors compenser. La seconde mesure viserait ensuite à muscler le crédit d’impôt pour la transition énergétique, en lui ajoutant une dimension sociale. Les animatrices de « La fabrique » ont calculé que l’ensemble des taxes énergétiques payées par un couple avec deux enfants a augmenté en moyenne de 200 euros en quatre ans. Leur idée est donc de redistribuer un milliard d’euros aux ménages modestes handicapés par ces taxes sur l’énergie.
Les deux députées plaident enfin pour une revalorisation des prestations sociales qui ont été gelées ces dernières années, à hauteur de 600 millions d’euros. De quoi redistribuer du pouvoir d’achat à des classes populaires de plus en plus perméables au vote FN. « Il y a des gens qui ne peuvent plus boucler leurs fins de mois. Il est indispensable de faire un focus sur eux et de lancer une action extrêmement forte en leur direction  », fait valoir Valérie Rabault.

Ces trois mesures pour
raient prendre la forme d’un collectif budgétaire en 2016. C’est en tout cas la proposition que Karine Berger et Valérie Rabault ont défenduau Bureau national du PS au lendemain des élections régionales. Sans réponse de la direction du parti. « La fabrique » devrait donc déposer une motion en ce sens au prochain conseil national du parti, à la fin du mois de janvier.

Jean-Baptiste Daoulas

 

Les deux communiqués de presse :

La Fabrique demande un collectif budgétaire pour répondre à l’urgence sociale

 

Karine BERGER, première signataire de la motion La Fabrique et Valérie RABAULT, rapporteure générale du Budget, ont tenu ce mercredi une conférence de presse dans laquelle elles ont appelé le gouvernement à présenter un collectif budgétaire qui réponde à l’urgence sociale que traverse la France.

« Pour un budget juste, il ne faut pas seulement comparer les milliards de recettes et de dépense, il faut surtout regarder le reste à vivre des ménages » a déclaré Valérie RABAULT. Les deux députées ont notamment insisté sur la nécessité de lutter contre la hausse des dépenses énergétiques des ménages. Les taxes sur l’énergie ont en effet augmenté de 200 euros en moyenne par an et par ménage au cours des 4 dernières années. Proposant d’injecter 1 milliard d’euros dans le Crédit d’Impôt transition énergétique afin de rendre du pouvoir d’achat aux ménages tout en accélérant le passage aux énergies renouvelables.

Pour que se loger ne devienne pas de plus en plus difficile pour les plus modestes, elles ont également proposé de limiter dans la loi la hausse des taxes d’habitation afin que celle-ci ne puisse pas être supérieure à la hausse du SMIC.

Enfin, toujours pour préserver le pouvoir d’achat des ménages, elles ont proposé que l’indexation des prestations sociales se fasse dorénavant en fonction des perspectives d’inflation. Karine BERGER a insisté sur ce point : « Les taxes ne peuvent pas augmenter plus vite que les salaires. Nous devons faire avancer le pacte social et le pacte de responsabilité en même temps. »

La Fabrique, le courant des idées du PS, appelle à construire la maison commune depuis les réalités du terrain

 

Karine BERGER, première signataire de la motion La Fabrique et Valérie RABAULT, rapporteure générale du Budget, ont tenu ce mercredi une conférence de presse dans laquelle elles ont présenté les propositions de La Fabrique pour bâtir la maison commune de la gauche autour de propositions concrètes.

La victoire de la République face au Front national au second tour des régionales est salutaire, mais ne sera pas durable si la gauche n’est pas capable de se réinventer dès le premier semestre 2016. Karine BERGER a salué la volonté de Jean-Christophe Cambadélis de dépasser le Parti socialiste au sein d’une maison commune des progressistes. Elle a cependant rappelé que « il ne suffit pas de faire évoluer la forme. Il faut avant tout proposer du fond idéologique. Un appareil bricolé rue de Solférino ne donnera aucun résultat, les idées, le sens de ce rassemblement doivent venir des territoires. »

Pour initier ce mouvement, La Fabrique lance dès à présent trois plateformes citoyennes et militantes, souhaitées et portées par son réseau de militants.

La première sera consacrée au réarmement idéologique de la gauche et à la réaffirmation des valeurs républicaines pour lutter contre le Front national. Elle sera notamment initiée par les réseaux de la Fabrique dans le Jura, les Alpes-Maritimes et l’Aveyron.

La seconde devra répondre à l’urgence sociale que les citoyens ont manifesté par leur vote lors des régionales et qui ne doit pas être enterrée avec ces élections. Elle sera portée par le Cher, le Tarn-et-Garonne et le Nord.

La troisième posera les bases, les contours de la future maison commune de la gauche et devra interroger les citoyens sur ce qu’ils attendent de la politique et d’un parti politique pour le XXIe siècle.

La méthode de ces plateformes sera simple : il s’agira d’aller à la rencontre des associations, de la société civile, de tous les citoyens quels qu’ils soient : abstentionnistes, jeunes, moins jeunes, citadins, ruraux. Tous les militants de La Fabrique les écouteront et établiront avec eux les cahiers de doléance qui poseront les bases concrètes d’un projet appuyé sur la réalité.

« La nouvelle gauche ne doit pas être une simple machine électorale, elle naitre autour d’une majorité d’idée, d’un projet» a ajouté Valérie RABAULT.