Communiqué – Le refus du maire de voter la motion de soutien aux réfugiés est une honte collective – 25 septembre 2015

Pour Gap @venir – Communiqué de Karine Berger,  Elizabeth Fabrega, Elsa Ferrero, Bernard Jaussaud, Mickael Guittard, Pierre-Yves Lombard

Hier au soir, à la fin du Conseil municipal, nous avons proposé au vote du Conseil une motion visant à affirmer que la ville de Gap est prête à accueillir les réfugiés fuyant les pays en guerre de la Méditerranée et à organiser les aides de bénévoles. Le maire Roger Didier, ainsi que tous les conseillers municipaux de sa majorité présents, ont refusé d’approuver ce texte.

Pourtant les associations présentes sur la ville de Gap savent que les places se libèrent pour permettre un accueil digne des personnes qui vont affluer dans les mois à venir et que les citoyens se mobilisent. Ne pas vouloir soutenir publiquement, par un vote officiel du Conseil municipal, la démarche exceptionnelle de ces associations est une honte collective.

L’attitude du maire s’explique par les contradictions politiques qui sont les siennes : il ne voulait pas s’opposer à la ligne « droite dure » de Christian Estrosi dont il est co-listier pour les élections régionales qui est t farouchement opposé au respect absolu du devoir d’asile et d’accueil des réfugiés.

Nous sommes à la disposition des associations et des services de l’Etat qui organisent l’accueil des réfugiés sur Gap pour faire face à tout frein ou barrage que mettrait la majorité municipale dans leurs actions.

Motion soumise – Accueil des réfugiés

Des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye… rejoignent l’Europe et demandent protection. Face aux drames insupportables qui se succèdent à nos frontières, le temps est à la solidarité.

Pour répondre dès maintenant, concrètement, aux drames que connaissent ces hommes, ces femmes et ces enfants qui cherchent à échapper aux guerres qui secouent leurs pays d’origine, des initiatives associatives et citoyennes viennent renforcer les propositions d’accueil par les mairies.

Sur notre territoire, plusieurs associations gapençaises et des collectifs citoyens ont déjà fait savoir qu’ils étaient prêts à se mobiliser.

A côté des structures d’accueil et des initiatives déjà existantes, la ville de Gap s’inscrit dans cette mobilisation

– Un registre sera mis à la disposition des particuliers pour recenser l’ensemble des initiatives proposées

– En lien avec les services de l’Etat et les associations, la ville de Gap coordonnera ses initiatives afin que ces propositions d’aides trouvent rapidement une efficience

– La ville de Gap se porte candidate pour accueillir des réfugiés sur son territoire et en faciliter l’insertion

– Le Conseil municipal appelle tous les Gapençais à un devoir de solidarité et d’humanité, afin que nous prenions notre part dans l’accueil de réfugiés dans notre