Communiqué de presse de La Fabrique – 27 avril 2015

LogoLaFabrique

Lundi 27 avril 2015

Hausse du chômage : les propositions de la motion D

Mars 2015 signe encore un mauvais mois pour l’emploi : 15 400 nouvelles personnes se sont inscrites à Pôle emploi ce qui fait qu’au total notre pays compte 3 509 800 Français sans aucun travail.

Lutter contre le chômage,  c’est un combat de tous les jours et qui se mène sur plusieurs fronts.

Premier front :  soutenir les entreprises pour qu’elles puissent investir et créer les emplois de demain. C’est ce qui est fait avec le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) et le Pacte de Responsabilité grâce auxquels les entreprises n’ont jamais autant reçu de soutien public. Parce que l’argent public, c’est l’argent des Français,  la Fabrique demande des contreparties en termes d’emplois aux baisses de cotisations accordées. Transformons le CICE en l’affectant en priorité aux PME, car ce sont elles qui inventent les emplois de demain. Dès la prochaine loi de finances, ciblons les aides publiques aux entreprises – dont le pacte de responsabilité – en inscrivant dans la loi les contreparties pour la création d’emplois.

Deuxième front : soutenir l’investissement public pour que les collectivités locales puissent continuer à investir et à passer des marchés publics notamment avec les entreprises  de la construction et des travaux publics qui connaissent d’importantes difficultés. C’est pour atteindre cet objectif que la Fabrique demande un arrêt de la baisse des dotations de l’État aux collectivités locales. 

Troisième front : il faut changer la logique du chômage.  Aujourd’hui, on est dans une ère du travail mouvante qui exige qu’on s’adapte. La meilleure force pour s’adapter, ce sont encore la qualification et la formation tout au long de la vie. Dans cette configuration qui fait qu’il est rare désormais d’avoir un emploi à vie, il faut éviter que les périodes de chômage restent des périodes de galère : galère financière malgré les droits versés,  mais aussi galère sociale. Quand on est sans travail, on est mis sur le bord du chemin. Il faut au contraire inverser la logique, et faire en sorte qu’ en parallèle de sa recherche d’emploi il soit possible d’utiliser cette période sans emploi pour accroître ses compétences.  C’est pour cela que la motion la Fabrique propose un système de 36 coupons mensuels, qui correspondent à des droits pour l’équivalent de 3 ans de formation. Ces coupons donneront à chacun les moyens d’évoluer voire de changer de métier tout au long de sa vie professionnelle. Ces coupons pourront être utilisés d’un seul tenant ou sous la forme d’allers-retours durant sa carrière.

Pour mieux agir contre le chômage, la Fabrique propose aussi d’allouer 1/3 des crédits de la formation professionnelle en direction des demandeurs d’emploi, contre 2% aujourd’hui. Ce troisième front est crucial.

 

Karine BERGER 

Première signataire de la motion La Fabrique