Colloque ETI – Quelques éléments de presse – juin 2014

Le colloque du 4 juin à l’Assemblée Nationale a donné lieu a plusieurs publications de presse dont les deux dépêches ci-dessous. Vous pouvez également retrouvez quelques photos.

Un diner-débat sur le thème des ETI aura par ailleurs lieu le 18 juin organisé par le magazine Challenges.

Dépêche Usine Nouvelle

Les responsables de l’association regroupant les entreprises de taille intermédiaire française (Asmep-ETI) et la députée Karine Berger ont signé un appel en faveur de ces sociétés plus grosses que les PME et plus petites que les grands groupes. Par ce texte, les deux parties s’engagent à promouvoir le développement des ces entreprises qui font le succès de l’économie allemande et dont la France manque cruellement.

La députée PS Karine Berger et les responsables de l’association Asmep-ETI, Elisabeth Ducottet (Thuasne) et Philippe d’Ornano (Sisley) ont signé un document commun, rendu public mercredi 4 juin 2014. Les deux partis s’engagent à promouvoir les entreprises de taille intermédiaire présentées comme un actif stratégique pour l’économie française. Les faits sont connus : la France manque d’entreprises de cette dimension. Elle en compte presque trois fois moins que l’Allemagne et deux fois moins que l’Italie.

Le document porte sur quatre engagements : la promotion de l’investissement de long terme, la poursuite des réformes de compétitivité (avec l’objectif ambitieux de revenir dans la moyenne européenne en matière de fiscalité des entreprises), la simplification et la stabilité réglementaire et fiscale et la promotion du dialogue social. 

Si les engagements sont finalement assez généraux et peu précis, ce texte commun marque la volonté d’une députée de la majorité d’agir en faveur du monde économique, qui a parfois du mal à être convaincu des bonnes intentions des parlementaires de la majorité. Reste à savoir comment ces quatre engagements seront déclinés. Chaque année, à l’université d’été du Medef, lors d’une table ronde sur les entreprises familiales, l’impôt sur la fortune est pointé comme un blocage lors de la transmission des ETI. Les députés socialistes et le gouvernement nommé par un Président social-démocrate le feront-ils tomber ?

 

Dépêche AFP

Les députés socialistes travaillent sur une proposition de loi pour doter les entreprises de taille intermédiaire d’un cadre juridique favorisant la stabilité de l’actionnariat, a indiqué la députée Karine Berger.

« Nous cherchons à travailler à favoriser la stabilité de l’actionnariat de ces entreprises qui parient sur le long terme et sont au cœur de l’innovation et de l’emploi », a-t-elle expliqué lors d’un point presse, avant un colloque à l’Assemblée sur les entreprises de taille intermédiaire (ETI).

« Il faut éviter que, lorsque ces entreprises grossissent, elle soient obligés de faire appel aux fonds d’investissement », a-t-elle estimé.

Les ETI sont les entreprises réalisant entre 50 millions et 1,5 milliard de chiffre d’affaires, et employant de 250 à 5.000 salariés.En France, il n’y a que 4.600 ETI contre 12.500 en Allemagne, qui sont connues sous le nom de « Mittelstand », ou 8.500 en Italie. Alors que beaucoup de textes juridiques parlent des PME, « on doit avoir une action politique, économique, législative sur les ETI », a estimé Mme Berger.

« Ces entreprises apportent beaucoup aux territoires : 80% sont familiales et 65% basées en province », a souligné à ses côtés Philippe d’Ornano, co-président du syndicat des entreprises de taille intermédiaire.