Examen de la loi bancaire en hémicycle – février 2013

La loi « ciseaux » – dans la Matinale de Canal + à la minute 20’20

Quelques articles de presse :

Les Echos ; L’express.fr ; Vosges Matin ; Le Monde

Et le profil paru dans Le Monde… « Karine et les banquiers »

Karine Berger est la rapporteure du projet de loi de réforme bancaire qui sera examiné à partir du mardi 12 février par les députés. C’est également l’un des nouveaux visages de l’Assemblée nationale mais surtout la « petite » socialiste qui monte, qui monte…

Elue députée des Hautes-Alpes en juin 2012, à 39 ans, la jeune polytechnicienne, co -auteure de Les trente glorieuses sont devant nous (Editions Rue-Fromentin, 2011), a commencé à militer au Parti socialiste en 2000. Soutenue par Martine Aubry, elle a vite été repérée pour ses compétences en économie, très recherchées par temps de crise, et sa volonté de peser dans le débat démocratique sur des questions aussi essentielles que le financement de l’économie ou la compétitivité de la France.

« ENTÊTÉE MAIS DISCIPLINÉE »

Chargée des questions macroéconomiques dans l’équipe de campagne de François Hollande aux côtés de Jérôme Cahuzac, Mme Berger a l’oreille du ministre de l’économie et des finances, Pierre Moscovici, mais aussi celle de l’Elysée, où une ancienne collègue de l’Insee, Sandrine Duchêne, est conseillère économique.

En tant que rapporteure du projet de loi de séparation et de régulation bancaires, l’un des textes phares du quinquennat, Mme Berger a pu jouer de sa fougue pour faire entendre raison à des banquiers opposés par essence à toute forme de régulation supplémentaire, lors des auditions devant la commission des finances…

Sa relation de confiance avec Pierre Moscovici lui a aussi permis d’arracher, en commission des finances, certaines améliorations fortes au texte initial.

« Entêtée mais disciplinée, elle sait où elle va et obtenir ce qu’elle veut », commente un de ses – nombreux – collègues masculins. Vendredi 8 février, la jeune femme, qui partage sa vie entre Paris et Gap (Hautes-Alpes), se déclarait « très satisfaite » des avancées obtenues. Notamment sur l’attention désormais portée aux activités dites de tenue de marché des banques et sur les paradis fiscaux, où ces dernières seront forcées à la transparence. « Cette loi sera un excellent outil de régulation, assure-t-elle, je suis contente, on a eu une grosse pression des banques… »