Communiqué de Karine Berger et Bernard Jaussaud – Hockey sur glace 5 novembre 2012

Près 12 ans de d’une présidence exemplaire, Georges Obninski a décidé de laisser la place à la tête des Rapaces de Gap. Nous tenons à le remercier vivement pour le travail accompli. Il a pris les commandes d’un club en faillite et relégué en division pour le mener à  un excédent financier et dans le dernier carré de la ligue Magnus lors de la saison 2010-2011.
Depuis le début des travaux de la nouvelle patinoire en avril 2011 et donc de l’absence de glace à Gap, le Club connaît des difficultés financières tout en sauvant sportivement la saison 2011-2012.
L’obligation faite au Club de jouer tous ses matchs « à domicile » à Marseille, de s’entraîner à Orcières a généré un surcoût de plus de 150 000 € qui n’a été que partiellement compensé par les aides supplémentaires des collectivités.
La ville de Gap n’a pris en charge qu’à peine le tiers du surcoût alors même qu’elle en est l’unique responsable par le choix contestable d’une reconstruction sur place de la patinoire, coûteuse et privant les clubs de la glace pendant la construction.
Les difficultés pour le Club ne sont pour autant pas terminées avec la livraison de l’Alp’Arena : diminution des heures de glace pour l’entraînement provoquant la colère des Fédérations qui se sentent grugées après avoir financer la patinoire, prise en charge de frais annexes de la patinoire imposée par la mairie, absence de dialogue constructif du maire qui ne se prive ni d’insinuations peu amènes ni d’approximations qui confinent au mensonge…
Les reproches que le maire de Gap a récemment adressés, sont donc à ce titre inacceptables et infondés.
 Les Gapençais et tous les Haut-Alpins sont en droit de se demander si la municipalité de Gap ne cherche pas, tout simplement, à affaiblir le Club de hockey, voire à chercher sa disparition.
On comprend d’autant moins la position du maire de Gap quand on sait qu’il a refusé, il y a deux ans, la fusion des deux équipes haut alpines de haut niveau qui était souhaitée par les Rapaces de Gap les Diables Rouges et par le maire de Briançon.
Cela aurait permis l’émergence d’un grand club qui porterait haut les couleurs des Hautes Alpes et qui aurait les moyens de tenir la dragée haute aux grands clubs de l’hexagone. La mairie de Gap n’a tout simplement pas souhaité évoquer cette simple possibilité préférant tout baser sur sa nouvelle patinoire. Aujourd’hui la question doit être posée à nouveau, il en va probablement de la survie du hockey de haut niveau dans les Hautes Alpes,d’autant que la structure de la Ligue Magnus se modifie profondément en 2014 laissant peu de place aux clubs fragilisés.